logo Africa

  • Didier Drogba quitte l'AFI
  • L’ASI d’Abengourou sera transformée en société sportive (PCA)
  • Afn de donner plus de moyens à l’Association AFRICA SPORTS, il a été créé la SOCIETE SPORTIVE AFRICA SPORTS D’ABIDJAN,
  • FOOTBALL - LIGUE 1 / L'Assemblée Générale fixée au 18 septembre
  • Encyclopédie Du Football Ivoirien : Le Ministre Danho Paulin Donne Sa Caution Morale
  • LIGUE 1 / Le CN-FIF place Yves Zogbo à la tête de l'Africa

Foot ( Vagba Alexis, Pdt Africa) : « Je donne 30 milles pour payer les joueurs »


Mise à jour : Lun 23 Mar 2015

Paré dans un costume bleu et une cravate rouge, Alexis Vagba, Président de l’Africa Sports d’Abidjan s’est vautré sur deux pages du magazine ivoirien Abidjan Sports pour faire le bilan à mi-parcours de la saison. L’on retient que Vagba n’est pas fier de son 5e rang sur 14 clubs de la Ligue 1. Alors, il a libéré 7 des 30 joueurs. Avec ce groupe, il est sûr de pouvoir assurer les salaires. Grâce à la subvention fédérale mensuelle de 5 millions de francs. Sinon, lui, il ne débourse que 30 milles, chaque 30 jours. Mieux, pour être plus efficace, il évite les taupes de son Comité directeur en se fiant seulement à quelques membres. Koné Cheick Oumar ? Sa page est tournée à l’Africa. Interview !
 
Quel bilan faites-vous du parcours de votre équipe à mi-saison ?
 
Je pense que le bilan est positif à mi-saison. J’aurais souhaité avoir un meilleur bilan mais j’avais un peu oublié d’où on venait parce qu’on sort d’une grave crise et ce n’était pas facile. Mais j’avais dit en début de saison que le recrutement qu’on avait fait nous permettait d’espérer mieux cette année et que pour nous battre, il fallait se réveiller de bonne heure mais avec mon expérience, j’aurai dû me rendre compte qu’il y a des aléas qu’on ne maîtrise pas. Mais je retiens que le premier est à 6 points de nous; nous nous sommes 5e avec 20 points. C’était pratiquement inespéré parce que l’année dernière, on a terminé à 25 points. Nous préparons la 2e phase de la Ligue 1 et si on se sert les coudes, on peut terminer dans le peloton de tête.
 
 
Avez-vous maintenant défini les compartiments que vous allez renforcer pendant ce mercato ?
 
…On a demandé à l’entraîneur ce qu’il souhaitait pour cette 2e phase de recrutement. Après 2 réunions avec l’entraîneur, on a pris les décisions qu’il fallait. Il nous a fait des propositions et je me suis allié bien que connaissant le football. Il a décidé de ramener son effectif à 23 joueurs sans recruter un seul donc on n’en prendra pas parce qu’il dit qu’il n’a pas le temps de faire des tests pour des gens qui vont venir participer au championnat. On a donc plutôt dégraissé l’effectif. Les joueurs libérés sont ceux qui ne vous apportent rien… On a 30 joueurs et certains n’ont pratiquement pas fait de matchs… Ce sont des improductifs qu’on a laissés.
 
Quelle relation entretenez-vous avec Lignon Nagueu votre entraîneur ?
 
Lignon, c’est un ancien joueur du club donc je n’ai aucun problème avec lui. Il a carte blanche pour faire ce qu’il veut, j’ai de très, très bonnes relations avec lui.
 
Vous ne vous immiscez jamais dans ses choix ?
 
Jamais sauf pour 1 ou 2  joueurs. Mais c’était en début de saison. Il avait retenu Diomandé Namory et Koné Lacou. C’étaient des activistes la saison écoulée. Donc je ne voulais plus d’eux dans mon équipe. Namory était celui qui montait tous les joueurs quand on a une ou deux semaines de retard alors qu’ils savent très bien que c’est avec la subvention de la Fédération qu’on les paie. Ils montaient leurs copains, j’ai trouvé un jour Lakou à la tribune, j’ai tout fait mais il n’a pas voulu reprendre les entrainements et quand on a payé, il a pris son argent et il est parti. Cet esprit-là ne peut pas jouer à l’Africa. L’Africa, c’est autre chose. Lakou est prêt à revenir aujourd’hui mais j’ai refusé.
 
On vous reproche d’avoir une gestion opaque. Que dites-vous pour vous défendre ?
 
Moi, je suis parti à l’école donc c’est facile de dire des choses comme çà sans donner d’explications. Gestion opaque, ça veut dire quoi ?
 
Il nous revient que vous ne vous réunissez pas souvent avec votre comité directeur pour prendre les décisions…
 
La 1ère année de mon mandat, on faisait des réunions chaque semaine. Mais à peine on quittait la réunion que tout ce qu’on s’était dit dans la semaine se retrouvait le lendemain dans les journaux. On ne pouvait plus travailler dans la tranquillité. Donc cette année, le début de saison a été géré par un comité assez restreint. On a travaillé comme des Chinois de sorte que la petite équipe que nous avons mise en place a fait les recrutements et on s’est retrouvé en comité directeur pour valider tout cela. Mais, je ne pense pas que ça soit une gestion opaque parce qu’aujourd’hui, on se réunit toutes les semaines pour faire le point. Nous sommes en train de tout faire pour que des gens puissent nous aider parce que la situation est plus ou moins arrangée. J’ai donc besoin de tout le comité directeur et je fais des réunions où on fait le point et on demande à chacun d’apporter sa contribution. Gestion opaque, c’est comme si je recevais de l’argent pour le club et les autres ne savent pas comment cet argent est utilisé. On ne reçoit pas de l’argent à part les 5 millions de la FIF que je n’ai jamais vu parce que c’est Assémien qui les récupère. La masse salariale des joueurs fait 5 millions trente milles donc quand il reçoit les cinq millions, je lui donne trente mille pour qu’il paye les joueurs. Moi, je n’ai pas de problème de payement de joueurs. D’ailleurs, la fédération, nous a conseillés de rester dans l’enveloppe qu’elle nous donne pour être tranquille au niveau des joueurs. Sachez que la gestion est collégiale et elle prend en compte la cotisation des membres. Quelqu’un qui donne son argent pour louer le car, le terrain et bien d’autres, on doit lui rendre compte. Si on doit jouer samedi ou dimanche, dans la semaine, je fais le point avec le trésorier et on cherche les moyens. La gestion est donc simple parce qu’il n’y a pas de sponsors et de recettes parce que les recettes, ce sont nos poches.
 
Nous avons eu vent que vous devez deux mois d’arriérés de salaires aux joueurs. Qu’en est-il exactement ?
 
Tous les clubs sont concernés par les arriérés de salaires. Renseignez-vous. J’ai réuni les joueurs et je leur ai dit que leur salaire, c’est la subvention. J’attends des gens dire tous les jours que tel dirigeant compte sur la subvention mais ça fait partie du budget. Et c’est pour cela qu’il y a eu des problèmes en début de saison avec la FIF, puisque les clubs ont dit que c’est cet argent-là que nous prenons pour régler nos salaires de nos joueurs. A partir du moment où c’est irrégulier, ça devient compliqué. Donnez-nous cinq mois d’avance et vous verrez. C’est pour cela qu’on avait parlé de 25 millions. C’est ce qui avait bloqué le championnat. Je ne veux pas avoir de problème avec la fif mais elle nous doit deux mois de subvention.
 
Donc vous devez deux mois à vos joueurs ?
 
Absolument parce que quand les joueurs s’entraînent, je paye le car 35.000 f par jour parce que nous n’avons pas de car. On loue le terrain de Songon, on paie les médicaments, on paie les mises au vert de nos poches. Donc la seule chose qui est garantie dans tout çà, c’est la subvention. Nous savons tous que la subvention nous permet à 90% de régler les salaires des joueurs et on leur a dit que dès que vous attendez quelque part que la subvention est payée, le même jour on paye vos salaires. Donc on est dans ce schéma mais mieux, tous les autres encadreurs n’ont rien à voir avec la subvention. Quand je devais aller en France, c’était la veille de notre match contre l’Asec, on a tout payé mais ils ont perdu 2-0. Quand je suis venu, on leur a dit qu’on double les primes. On avait six matchs, ils ont perdu quatre, ils ont gagné deux. Alors qu’on devait être 1er, on est 5e. On ne devait pas perdre contre Tanda, contre Korhogo. Je ne veux pas critiquer quelqu’un mais la même subvention était là mais les joueurs ne recevaient rien. Moi, dès que j’ai çà, mon premier réflexe, ce sont les joueurs. Sachez que la subvention fait partie de nos recettes, c’est quelque chose que la Fédération nous doit. Il n’y a pas de problème de salaire à l’Africa.
 
Est-ce vrai que vous devez cinq mois à l’encadrement technique ?
 
 
Il faut faire attention parce que si on n’y prend garde, on va avoir des problèmes inutiles. L’encadrement technique est dirigé par Lignon Nagueu, on ne va pas mettre l’Africa sur la place publique. Mais sachez que c’est surtout à cause de l’adjoint de Lignon qu’il y a eu problème. La subvention que nous recevront ne peut pas couvrir le salaire des joueurs et ceux des entraîneurs. Mais nous cherchons des moyens additionnels et c’est difficile. Lignon et Atsé, c’est des bonus qu’ils reçoivent à l’Africa parce qu’ils sont fonctionnaires. C’est comme si les gens les avaient mis à la disposition du club. A la limite, nous sommes tous responsables. On a des payements en attente par rapport à des joueurs que nous avons transférés. Quand il y a un problème, on le pose et le problème n’a pas été posé par Atsé qui a été choisi par Lignon. Je n’ai pas choisi Atsé, c’est Lignon qui nous a dit qu’Atsé est son adjoint. J’ai constaté pendant deux semaines qu’il n’est pas venu au travail donc on lui a écrit pour lui signifier qu’on constate un abandon de poste. C’est en ce moment qu’Atsé nous dit qu’il est à Port-Bouët et que le car refuse de venir le chercher, ce qui n’est pas vrai. Depuis sept mois qu’ils sont là, il ne prend pas le car. Et d’ailleurs quand nous avons reçu l’argent du transfert de Diarrassouba Vieira, ils ont été payés. On n’a obligé personne à rester là sauf les joueurs. On a trouvé la solution des joueurs et on trouve d’autres solutions. Quand j’envoie des messages à mes amis du Comité directeur, on n’oblige personne à payer. Ce qu’on récolte , je suis obligé de compléter. Mais on bouge toujours, on n’a jamais signé forfait. La priorité, ce sont les joueurs.
 
Quel est le budget de l’Africa Sports ?
 
(Rires) Le budget de l’Africa est énorme mais on le réduit. Je ne peux pas vous le dire.
 
Vous pouvez nous donner une fourchette ?
 
Aujourd’hui on évolue entre 200 et 500 millions pour l’année et nous somme en train de chercher les moyens pour cela. Les textes qu’on a adoptés avec le comité provisoire exigent qu’on ait une Société de gestion comme ça se fait au PSG et un peu partout. Aujourd’hui, nous sommes en train de chercher les partenaires qui doivent nous donner au minimum 500 millions pour qu’on puisse mettre le club house en marche, s’occuper du centre de formation, d’entraînement. Parallèlement à cela, on cherche les petits sponsors, quelqu’un qui peut prendre un espace sur nos maillots pour nous donner un peu d’argent, sur notre site, sur le terrain d’entraînement parce que je pense qu’on va bientôt récupérer le terrain de la Sotra. J’ai des dossiers de sponsors, j’ai des rendez-vous donc je vais discuter avec les gens pour voir ce qu’ils peuvent faire pour nous. Mais personne ne peut gérer un club comme l’Africa de sa poche, quelle que soit ta puissance financière.
 
Avez-vous encore de l’argent à prendre avec Francis Kacou ?
 
Francis Kacou est un agent de joueurs qui gérait la carrière de Christian, Tiémoko, de Déli Simon et de Ladjo. Il n’a pu transférer Ladjo et Christian mais il a transféré Déli Simon et Konaté mais ce n’était pas sous mon mandat. Il les a transférés sous Koné Cheick Oumar. . C’est un ami personnel qui m’a plus ou moins aidé au niveau de ma caution pour être candidat à la présidence de l’Africa. Je l’ai donc interrogé et il m’a montré les papiers que Koné a signés et qui dit qu’il a donné mandat à Francis pour retirer de l’argent afin que chaque partie ait sa part. Je ne peux pas remettre en cause la signature de Koné, j’ai donc dit à l’avocat qui s’occupait de l’affaire de tout arrêter. On a les preuves que le club qui a pris les joueurs a payé l’argent donc ça se sert à rien d’engager un procès. Toutes les actions qu’il a posées au nom de l’Africa, c’est sous Koné et moi je n’ai aucun moyen de remettre cela en cause. Maintenant, si les deux joueurs-là sont transférés à nouveau, en ce moment-là, l’Africa aura sa cote part.
 
 
On a appris que Koné Cheick envisagerait de saisir de nouveau le TAS. Un commentaire ?
 
Je n’en pense rien du tout puisqu’au niveau de l’Africa, la page de Koné est tournée. On nous a officiellement reconnu au ministère des sports et à la fédération. Ils ont fait des enquêtes et ont donné le ok pour qu’on ait le récépissé. Nous on a un objectif, être Africains l’année prochaine pour que les supporters se mettent en confiance. C’est pourquoi nous cherchons des partenariats pour construire l’Africa.
 
Avec toutes les difficultés financières que vous rencontrez, êtes-vous prêt à lâcher ?
 
Non, pourquoi je vais lâcher. Vous vous accrochez malgré les difficultés ? Je ne suis pas accroché, je suis président pour construire l’Africa et donner la confiance aux joueurs, aux supporters et à tout le peuple qui supporte l’Africa. C’est ce que nous sommes en train de faire. Nous sommes en train de jeter les bases pour que l’année prochaine soit une année où on va décoller. Je suis convaincu qu’on sera africain et si on l’est, ça nous permettra de mieux nous organiser.


Voir Aussi
Plus de Textes Archives
 Commentaires