• Didier Drogba quitte l'AFI
  • L’ASI d’Abengourou sera transformée en société sportive (PCA)
  • Afn de donner plus de moyens à l’Association AFRICA SPORTS, il a été créé la SOCIETE SPORTIVE AFRICA SPORTS D’ABIDJAN,
  • FOOTBALL - LIGUE 1 / L'Assemblée Générale fixée au 18 septembre
  • Encyclopédie Du Football Ivoirien : Le Ministre Danho Paulin Donne Sa Caution Morale
  • LIGUE 1 / Le CN-FIF place Yves Zogbo à la tête de l'Africa

Passionnément Lobé Louis alias Manajah : La mascotte du handball africain


Mise à jour : Jeu 05 Juin 2014

Il se nomme Lobé Louis à l’état civil, mais est plus connu sous le pseudonyme Manajah. Ce boute-en-train, mordu de l’Africa Sports d’Abidjan, est connu sur tous les stades où ont lieu les grands rendez-vous du handball. Sa manière particulière de supporter a fait de lui la mascotte du handball africain.

 

L’Africa Sports d’Abidjan est le club de son cœur. Mais Lobé Louis plus connu sous le pseudonyme Manajah s’est entiché particulièrement du handball et surtout des handballeuses du club depuis le CEG Koko de Bouaké et le lycée technique de la même ville où il a servi en tant que gardien de but  de handball. Depuis la capitale du Gbêkê, il a côtoyé les Namama Fadiga, Mariam Koné, Koudou Caroline, Ahoua Zoromou et autres.

 

C’est vrai que Manajah n’a pas eu une grande carrière de handballeur, contrairement aux joueuses citées, mais il est resté très proche d’elles. Au moment où ces dernières trainaient encore leur bosse sur les stades d’ici et d’ailleurs, Manajah devenu entre temps receveur à la Sotra,  s’est reconverti en supporter. A l’époque, il quand il était encore en fonction, il entretenait la bonne ambiance dans le bus des étudiants. Sa bonne humeur et ses prédictions assimilables à des prophéties lui ont valu le surnom Manajah :’’ Les étudiants étaient un peu aigris parce qu’on avait supprimé les bus des étudiants. Et moi, j’entretenais la bonne humeur pour leur éviter le spleen. Ils m’ont alors donné le surnom Manajah (Man of Jah) qui signifie l’homme de Dieu. Marié et père de 4 enfants dont 3 filles et 1 garçon, Manajah continue d’animer, non pas dans les bus, mais les stades de handball : ‘’Je voulais faire la différence en étant le supporter le plus connu de la section handball de l’Africa Sports d’Abidjan. Je me souviens comme si c’est hier, de la dernière campagne de l’Africa Sports où les Aiglonnes ont remporté leur dernière coupe d’Afrique des clubs champions.

 

C’était en 1996, à Cotonou. J’étais le seul supporter du club au Palais des sports de Kouhounou. A l’époque, il y avait de grandes joueuses telles que Namama Fadiga, Auta Sana Olivia, Nadia Loubacky, Mbon Chantal, Koko Philomène, Guehi Wandou Junior et bien d’autres. La télévision béninoise (ORTB), m’avait invité au journal télévisé et j’ai dit au peuple béninois que j’étais là pour que la compétition soit riche ne couleurs. On connait la suite. J’ai soulevé cette coupe avec les Aiglonnes et j’ai reçu le trophée du meilleur supporter africain de handball. Je me mettais en collant vert, rouge ou orange pour supporter. Depuis cette date mémorable, la Confédération africaine de handball (CAHB) a fait de moi la mascotte du handball africain. Le président Zinsou était fier de moi. Un avion spécial est allé nous chercher à Cotonou. Aujourd’hui, quand l’Africa Sports participe à une coupe d’Afrique, le président Pablo paie mon billet d’avion ou mon titre de transport pour aller supporter les filles. A une époque récente, la Première Dame payait mon billet d’avion.

 

Souvent quand j’arrive sur le lieu de la compétition, la CAHB me loge dans une suite du plus grand hôtel pour me récompenser parce que je dépense beaucoup d’énergies sur les stades’’, rappelle Manajah. Cet ancien chef de gare de la Sotra (Marcory) prend souvent des coups sur les stades. Sa manière de supporter empreinte de quolibet irrite quelquefois les équipes en difficultés : ‘’Souvent, je prends des coups. Mais je considère que ce sont des gens qui ne sont pas mâtures. Et comme je suis la mascotte du handball africain, je garde mon sang froid pour ne pas tenir mon image. Je suis beaucoup tolérant’’, soutient-il. Manajah est tellement gentil qu’il prête quelquefois ses services aux adversaires les plus faibles des Aiglonnes ou des équipes qu’il supporte : ‘’Il arrive que je supporte adversaires les faibles de l’Africa Sports. Je le fais pour amener les autres à se parfaire pour qu’il y ait un peu de suspense. Mais attention, quand les intérêts de l’Africa Sports ou de la formation que je supporte sont menacés, alors je me range du côté de mon club’’, prévient-il. Ce grand ami de l’actuel président de la CAHB, le Béninois Mansourou Aremou est un homme comblé. Il y a quelque temps, son rêve était de voir son ami alors secrétaire général de la CAHB diriger cette institution. Aujourd’hui, son plus grand rêve est de voir l’émergence du handball sous régionale. Au niveau local, il souhaite l’implication de la Première Dame :’’ Je veux que la Première Dame devienne la marraine du handball ivoirien comme l’était l’ex-Première Dame’’. A l’aube de ses 59 ans (il est né le 16 juin 1955), Manajah continue de trainer sa bosse sur les stades et haranguer les foules.

 

Adolphe Angoua


Voir Aussi
Plus de Textes Archives
 Commentaires